Oaxaca et Monte Albán.

Quittant Puebla à l’aube par le bus de 11h45, nous arrivons 5hoo plus tard dans la ville d’Oaxaca (prononcer Ouaraca), peuplée d’environ 300 000 habitants (les Oaxaqueños ?).

Jolie ville à l’héritage colonial, avec ses façades colorées, Oaxaca de Juárez (de son nom complet) est agréable à parcourir, car c’est plat !

Continuer la lecture de « Oaxaca et Monte Albán. »

Frida, Léon, Coyoacán et Puebla…

Le trajet entre notre logement et le terminal de bus de Guanajuato s’étant miraculeusement déroulé sans incident (le chauffeur Uber faisant passer sa voiture d’abord dans des ruelles grossièrement pavées tellement pentues que je ne m’y serais jamais risqué, puis dans les fameux tunnels vite oppressants), nous prenons le bus direct qui nous emmène en 5h00 à Mexico.

Le lendemain nous partons donc à Coyoacán, ville ayant été “mangée” par la métropole de Mexico, où se situe le Museo Frida Kahlo.

Continuer la lecture de « Frida, Léon, Coyoacán et Puebla… »

Guanajuato, donc.

Bon, on vous avait promis un article sur Guanajuato quand la flemme nous aurait lâchée. Je ne suis pas sûr que ce soit le cas, mais depuis Querétaro on a fait de la route et vu plein de choses, du coup on est carrément en retard sur le récit qu’on vous fait de nos vacances.

Donc Guanajuato (prononcer Gwanaroito) ville de 194 500 habitants nichée à 2045 mètres d’altitude, ça ressemble à ça :

Guanajuato vue d’ensemble.
Continuer la lecture de « Guanajuato, donc. »

Querétaro, que hermosa ciudad colonial !

Quittant la très bruyante et trépidante Mexico, nous prenons le car vers le nord où, à environ 220 km, nous attend Querétaro (façon de parler, personne ne nous guettait à la descente du bus !).

Nous prenons un Uber (oui, on n’aime pas trop ça, mais on aime encore moins les taxis, alors…) et nous voilà au centre de cette belle ville coloniale d’un million d’habitants.

Continuer la lecture de « Querétaro, que hermosa ciudad colonial ! »

Mexiiiiiicooooo !

Une aventure mexicaine
Sous le soleil de Mexico
Ça dure à peine une semaine
Mais quelle semaine
Et quel crescendo

Luis Mariano

Après un vol moins long d’une heure que prévu (le pilote devait avoir un rendez-vous urgent), nous arrivons bon pied bon œil à l’aéroport de Mexico. Le temps de passer l’immigration, de récupérer les bagages, de retirer des sous, de sauter dans un taxi et nous arrivons à notre hôtel. Ouf ! Dodo….

Continuer la lecture de « Mexiiiiiicooooo ! »