Guanajuato, donc.

Bon, on vous avait promis un article sur Guanajuato quand la flemme nous aurait lâchée. Je ne suis pas sûr que ce soit le cas, mais depuis Querétaro on a fait de la route et vu plein de choses, du coup on est carrément en retard sur le récit qu’on vous fait de nos vacances.

Donc Guanajuato (prononcer Gwanaroito) ville de 194 500 habitants nichée à 2045 mètres d’altitude, ça ressemble à ça :

Guanajuato vue d’ensemble.

De son passé d’ancienne ville minière, il lui reste des kilomètres de tunnels transformés en routes (avec des carrefours) et en parcs de stationnement. Par contre le GPS n’est d’aucun secours à l’intérieur…

C’est joli à voir cette ville accrochée à la colline (On y vient à pied, on ne frappe pas, ceux qui vivent là ont jeté la clé), mais c’est fatiguant à visiter (d’autant plus que notre logement était situé en haut).

Et comme notre chambre était au deuxième étage, on avait une jolie vue.

Comme on n’allait pas rester deux jours à notre fenêtre, on est redescendu faire un tour pour découvrir cette ville, dont le centre historique est classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco.

Comme c’était dimanche à Guanajuato, il y avait pas mal de monde (surtout des mexicains d’ailleurs, on voit peu d’étrangers en ce moment) et du coup autour des restaurants, les mariachis étaient à fond.

En 2011, « Le mariachi, musique à cordes, chant et trompette » a été inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Lorsqu’une formation joue, les autres attendent leur tour (pour que ça reste écoutable quand même, vu que les restaurants se touchent).

Plus loin, des jeunes déguisés attendait la tombée du jour pour démarrer une balade musicale à travers la ville (on peut les suivre moyennant une participation financière à l’usure de leurs chaussures, sûrement) et un vendeur de petits beignets allait monter son stand.

Comme il est arrivé à bon port sans les faire tomber, on lui en a acheté quatre pour notre collation du soir.

Le lendemain nous sommes allés voir le marché, c’est toujours sympa et coloré.

Comme on n’était plus dimanche (mais lundi, donc) on en a profité pour visiter la cathédrale. La porte en bois sculpté était chouette et ce qui est marrant c’est que les statues étaient habillées avec des vêtements visiblement régulièrement lavés et repassés (bonjour la galère pour fringuer des statues, et en plus perché sur une échelle).

En passant devant l’université (notre logis était juste derrière, mais plus haut) nous avons vu de jeunes étudiants fraichement diplômés se faire tirer le portrait en tenue de gala.

Poursuivant notre balade (en évitant de se faire écraser par le bus qui nous rappelle que dans ce pays la conduite automobile quotidienne est un sport à part entière) nous avons vu des églises (encore !) un chouette balcon et l’entrée d’un théâtre.

Nous sommes entrés dans une petite boutique joliment arrangée qui faisait brocante et artisanat local (ça ne nous coûte rien, on ne ramène qu’un magnet par pays de toute façon).

Plus loin on a été voir une rue marrante car elle est très étroite. On raconte qu’un jeune homme amoureux d’une jeune fille (et dont le père ne souhaitait pas qu’ils continuent à se voir pour des histoires de sous) avait acheté la maison juste en face de celle de sa belle et qu’ils pouvaient même s’embrasser du balcon à la fenêtre, distants de 68cm l’un de l’autre.

Bon je crois qu’ils se sont fait gauler et que ça n’a pas bien fini cette histoire, le père trucidant la fille…

Après une pause bien méritée à l’ombre d’un arbre magnifiquement taillé pour remplir cet office, nous sommes repartis en direction du théâtre Juárez à côté duquel on peut voir une statue appelée “La Giganta”, œuvre de José Luis Cuevas.

Un autre marchand de gâteaux équilibriste (sûrement de la famille de notre vendeur de beignets de la veille) passe non loin de la statue de Don quichotte.

Bien que Cervantès n’ait jamais séjourné à Guanajuato, et que son héros ne s’y soit jamais rendu non plus, la ville abrite le “Museo Iconográfico del Quijote” qui leur est dédié.

L’occasion de voir de belles peintures et sculptures, de différents artistes, ayant pour thème Don Quichotte.

Après cette pause intellectuelle, un défi physique nous attendait : monter en haut de la colline dominant Guanajuato pour voir la statue qui y est érigée. Pour cela deux options s’offrent à nous, le funiculaire (attention au vertige) ou l’escalier (bonjour les mollets d’acier).

Courageusement Martine a tranché : funiculaire pour monter (tant pis pour le vertige) et escalier au retour (aïe, les mollets).

Du coup c’est frais et dispos que nous arrivons en haut pour admirer “El Pípila”, monument érigé en l’honneur de Juan José Martínez, mineur qui rendit possible la victoire des indépendantistes sur les forces royalistes en mettant héroïquement le feu aux portes de l’Alhóndiga le 28 septembre 1810.

Monument “El Pípila” Guanajuato.

Bon, on ne va pas se mentir le monument est assez moche. Par contre quand on se retourne la vue, elle, est loin de l’être (moche).

Et tant qu’on y est on vous met un selfie de nous encore fringants, avant qu’on attaque la longue descente par l’escalier, la traversée du centre et la remontée jusqu’à notre logement (deux étages compris).

Les lunettes autour du cou, ça fait prof d’université à la retraite m’a dit Bastien ?

Voilà Guanajuato c’est fini, retour vers Mexico (5h00 de bus) où nous attend Frida Khalo et un invité surprise (j’aime bien ce petit côté teaser…).

Allez, Topette !

10 réflexions sur « Guanajuato, donc. »

    1. Bonjour Christophe,
      Merci pour ton commentaire, et merci de nous suivre !
      Pour les photos on essaye de ne pas mettre les plus moches, c’est plus vendeur…
      A plus
      La team Topette !

    1. Salut mon Bill,
      La couleur il y en a partout !
      Du bruit aussi, les mexicains sont visiblement cinglés de musique (rarement bonne d’ailleurs) et ils en mettent partout et de préférence à fond !
      La flemme tu sais ce que c’est : ça va, ça vient…
      Bises
      La team Topette !

    1. Salut Lydie,
      Merci de nous suivre,
      c’est vrai que le Mexique est un pays très coloré ce qui rend les photos très plaisantes !
      A plus,
      La team Topette !

  1. Je sens que je vais beaucoup me répéter au cours de ce voyage… C’est beau, c’est coloré et ça donne envie… Merci de réjouir mes pupilles.

    1. Elle est vraiment belle cette ville et très agréable à visiter. Ce sont les deux seules villes (avec Querétaro) au nord de Mexico que nous visiteront mais elles nous ont beaucoup plues !!!
      A bientôt
      La team Topette !

  2. OK il faudra qu’on retourne au Mexique car Guanajuato me plaît vraiment beaucoup !
    Je constate qu’au bout de quelques vous avez réussi à échapper aux têtes de mort et à la Catrina qu’on aperçoit sur aucune de vos photos…pas facile comme exercice pourtant au Mexique !

    1. Effectivement Guanajuato nous a beaucoup plu, bien qu’il y ait un dénivelé important qui génère de bonnes nuits de sommeil !
      C’est vrai qu’on évite de photographier les têtes de mort et la Catrina. Même si ça fait partie de la culture mexicaine, c’est pas trop notre truc…
      Bises,
      La team Topette !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *