Rock & Cars & Villages Perchés

Juin annonçant les beaux jours, il est temps pour nous de partir se prommener avant les foules estivales. On avait envisagé une “saison 2” sur la Bretagne (pour visiter le nord cette fois), mais finalement et suite à la découverte d’un festival à Lavaur, dont l’affiche nous rajeunira de quarante ans, nous optons pour l’Occitanie.

On charge le camping-car et roule ma poule, cap au sud ! Premier arrêt pour la nuit sur l’aire de Donzenac que nous avons déjà pratiquée (on ne va pas non plus rouler comme des fous, on est parti le mercredi pour être sûr d’être arrivé le samedi).

Le lendemain nous roulons jusqu’à Collonges-la-Rouge où nous prenons un repas familial avec Tanguy qui passait par là lors de son grand périple cycliste, que nous ne sommes pas prêts de réaliser ! (2000 kms en 3 semaines, il va avoir des mollets d’acier).

Nous laissons notre fiston à ses activités physiques et nous filons plus avant jusqu’à Saint-Antonin-Noble-Val où nous passons la nuit sur une aire gratuite vaguement amménagée près des terrains de pétanque.

Saint-Antonin-Noble-Val est l’une des plus vieilles cités de la région et de nombreuses tanneries et draperies s’y développèrent. La légende dit que le corps de saint Antonin, martyrisé à Pamiers, navigua jusqu’ici dans une barque conduite par deux aigles blancs.

Le lendemain nous partons visiter Bruniquel, qui nous a séduit avec ses vieilles maisons de pierre. Ce village est une ancienne halte sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle.

Bruniquel est connu pour avoir été le lieu de tournage du film “Le Vieux Fusil” en 1975, avec Philippe Noiret et Romy Schneider, film retraçant une fiction lors de la seconde guerre mondiale (pas par moi, je ne suis pas cinéma et en plus j’oublie les films dès le générique de fin).

La soirée nous vit arriver à Lavaur, où la police municipale (dûment contactée par Martine avant le départ) nous avait chaudement recommandé de stationner sur le parking en face le magasin Netto. Choix judicieux, nous y avons passé deux nuits très tranquilles.

Au Moyen Âge, Lavaur est un bastion du catharisme dans le Languedoc. Elle subit 2 sièges, dont celui de 1211 conduit par Simon de Montfort qui reste le plus grand massacre de la Croisade des Albigeois. Dame Guiraude, seigneur de Lavaur, est précipitée vivante dans un puits et lapidée, 80 chevaliers égorgés et 400 hérétiques brûlés…

Lavaur est la seule ville du sud-ouest à posséder un Jacquemart. Cet automate en bois, situé dans une des tours de la Cathédrale Saint-Alain, indique les heures en frappant une cloche. La légende veut qu’un prisonnier huguenot ait inventé ce mécanisme pour se dispenser de la corvée des sonneries.

Notre ami Denis de la team des deux frères nous ayant rejoint, nous partons à pied pour les jardins de l’évêché, lieu du festival Rock & Cars, le but de notre visite.

De superbes voitures se laissaient admirer et réjouissaient les amateurs de beaux chassis.

Vers dix huit heures, le début des hostilités musicales commençait avec la prestation de Bijou. Je les avais vu à Fontevraud lors d’un festival rock, c’était en octobre 1979 (ben oui ça ne nous rajeunit pas….).

Bon il ne reste plus que Philippe Dauga (74 ans) du line up de l’époque, et la voix c’est pas vraiment ça… Mais on connait toutes les chansons par coeur !

A suivre un groupe dont tout le monde connait au moins une chanson et qui a toujours l’âge de s’amuser sur scène, Au Bonheur des Dames. C’est propre même si parfois on n’est pas dans le genre délicat (écoutez donc “Première coloscopie”). Eddick Ritchell (78 ans) et Sharon Glory en rose sont superbes ! (dommage on ne voit pas les chaussures bicolores rose/noir d’Eddick Ritchell).

Et puis est arrivé le tour de Little Bob et ses Blues Bastards. Little Bob, c’était mon premier concert. Je devais avoir à peu près quinze ans, c’était salle saint Laud à Angers et c’était l’époque de Little Bob Story (là j’ai pas trouvé l’affiche).

On est plusieurs niveaux au-dessus, ça assure grave et Roberto, à 78 ans, n’a rien perdu de sa voix. Un très grand moment de partage avec le public qui l’adore (par contre il fait nuit maintenant et les photos au téléphone en zoomant à fond c’est pas génial).

Le final est assuré par Dr Feelgood qu’on a déjà vu de nombreuses fois, mais c’est toujours aussi bien. D’habitude c’est sans surprise, mais là il y en a deux de taille. D’abord Steve Walwyn n’est plus là, il est remplacé par Gordon Russell, qu’il avait lui-même remplacé il y a 32 ans. Et puis le groupe à sorti un nouvel album avec de nouvelles chansons (et ça c’est une révolution car cela leur était interdit).

Après une bonne nuit de sommeil, nous quittons Lavaur pour rejoindre Albi où nous trouvons un stationnement spécial camping car, gratuit et à 100 mètres de la Cathédrale.

La cathédrale Sainte-Cécile a des allures de château fort et l’intérieur est magnifiquement décoré avec des peintures murales et des sculptures renaissance. C’est la plus grande cathédrale de briques au monde.

Les rues bordées de maisons en briques roses typiques de la région donnent un charme très agréable à la ville (sans doute aussi parce que ça nous change). Il y a même une fresque murale en trompe l’oeil, réalisée par Didier Van Hullebus en 1989 à l’occasion du bicentenaire de la révolution française.

Au détour d’une rue, on tombe sur le marché couvert. Entre autres commerces on y trouve la charcuterie Millas qui vend un de ses produits phares : la Bougnette. Les tranches revenues à la plancha sont excellentes et nous les avons dégustées le midi même (des fois que ça soit rapidement périssable…).

Albi, surnommée la “ville rouge” du fait de la couleur des briques de sa cathédrale et de son centre historique, offre une belle vue sur le Tarn enjambé par le pont vieux depuis le Palais de la Berbie.

On profite du panorama pour faire le premier selfie des vacances depuis le Palais de la Berbie.

Le soir au coucher, depuis la camonniette, on a une superbe vue sur la cathédrale Sainte-Cécile éclairée.

Le lendemain, après avoir déjeuné dans un restaurant à côté de la cathédrale, nous prenons la route pour le petit village perché de Cordes sur Ciel. Nous posons la camonniette sur l’aire de camping car au pied du village, où nous retrouvons notre voisin de la veille à Albi.

Après une bonne nuit de sommeil nous montons jusqu’à l’arrêt du petit train touristique qui nous emmène dans le haut du village (le genou de Martine ne va pas mieux, loin de là).

Une fois dans le haut du village la vue est superbe. Nous choisissons de faire le tour du village et de redescendre à pied en admirant les maisons.

Après cette dure journée de balade, on a mangé de bons croquants de Cordes au goûter, histoire de se requinquer. Il faut toujours tester les spécialités locales, ça fait partie du charme des vacances.

Voilà, mine de rien on a déjà grillé une semaine de nos vacances d’été. Heureusement il en reste plusieurs ! On vous racontera la suite, si ça vous branche…

Allez, Topette !

8 réflexions sur « Rock & Cars & Villages Perchés »

  1. Pour les nuls en géographie ce serait bien de mettre une petite carte du parcours et des villes visitées… ça m’éviterait d’aller voir sur maps !!!

    1. Bonjour Fab,
      Voilà une remarque frappée au coin du bon sens. On va étudier la faisabilité, mais on ne garantit rien (on est en vacances tout de même !).
      Par contre ne cherche aucune logique dans nos déplacements, nous n’en avons pas trouvé nous-même.
      Bises,
      La team Topette !

    1. Salut Bill,
      On ne risque pas de se perdre vu qu’on ne sait pas où on va !
      Que veux-tu, il faut vivre dangereusement…
      A bientôt,
      La team Topette !

  2. Hello la Team Topette,
    Outre les photos et le textes, tous deux toujours très intéressants, j’ai carrément été bluffée que tu ressortes une affiche de 1979 ! Tu l’avais dans tes archives ou tu l’as retrouvée grâce à la magie de Google ?
    Sinon ça avait l’air très sympa ce concert, et vous n’aviez pas l’air très tassés vu que que deviez être dans le premiers ranges (photos vraiment bien !)…
    Et je note sur mes tablettes que ce coin de France est à découvrir (Gérard en est convaincu depuis longtemps) même si c’est vraiment à l’ouest !!!
    Profitez bien ! Bises
    La Team Savoyarde (et oui, exit les strings et les tangas, bonjour les chaussures de marche et la gourde de Génépi !!!)

    1. Hello la team Savoyarde (enfin un peu de stabilité),
      L’affiche de 1979 doit être dans mes archives mais pas dans le camion. Sur ce coup Google fut mon ami.
      Il faut reconnaître qu’être dans les premiers rangs dans un concert pour vieux à Lavaur 10.000 habitants, c’est pas la guerre comme dans un concert d’ACDC à Bercy ! (je le sais, j’ai fait les deux).
      Nous te confirmons qu’être à l’ouest peut être très bien, tu peux essayer en faisant croire à Gérard qu’il t’a convaincu ça éclairera sa journée (on a pensé à vous cet après-midi en traversant les vignes Gaillacoise).
      A bientôt,
      La team Topette !

  3. Je ne connaissais pas Bijou (étonnant vu mon grand âge ?), mais le reste oui, ça devait être un chouette concert.
    J’aime bien ce coin de France où vous êtes en goguette, même si je ne connais pas Cordes sur Ciel, ce qui me semble bien regrettable.

    1. Bonjour Martine,
      Effectivement c’était un chouette petit festival à la campagne. On ne te cachera pas que la moyenne d’âge était assez élevée tant sur scène que devant la scène. Bijou ayant eu une carrière assez éphémère (quoique marquante) il est tout à fait possible que tu sois passée à côté.
      Cordes sur Ciel est vraiment magnifique comme beaucoup de villages médiévaux du Tarn sous le charme duquel nous sommes tombés.
      A bientôt,
      La team Topette !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *